Saturday, January 23, 2021
Saturday, January 23, 2021
Get the Daily
Briefing by Email

Subscribe

Communiqué: Dix ans plus tard, constat d’échec pour le « printemps arabe »(Dec 24,2020)

Citation de la Semaine

« Peu importe la durée de l’hiver, le printemps suivra » 

Proverbe polonais et slogan du syndicat Solidarnosc 

 Articles Suggérés

 

Protesters in Aden, Al Mansoora during the Arab Spring 2011 calling for the secession of South Yemen from the North. (Wikipedia)

Freddy Eytan – Le « Printemps arabe » : Quelle désillusion !20 décembre 2020 Tribune Juive 

 

Du Printemps arabe à l’hiver islamique

Dominique Moïsi– CONSEILLER SPÉCIAL ​- GÉOPOLITIQUE,
institutmontaigne.org,15 DÉCEMBRE 2020

 

Dix ans après l’euphorie, que reste-t-il du “Printemps arabe”?   AFP, Le point.fr 24/11/2020 

 

Aperçu de l’actualité

_____________________________________________________________________________________

______________________________________________________
Freddy Eytan – Le « Printemps arabe » : Quelle désillusion !

20 décembre 2020 Tribune Juive

Il y a juste dix ans, l’immolation par le feu d’un jeune marchand ambulant tunisien avait marqué le point de départ du « printemps arabe ». Les médias occidentaux rabâchaient ce terme magique sans pouvoir apporter des preuves tangibles sur le terrain. Certains intellectuels nostalgiques et romantiques pensaient naïvement qu’un nouveau « Printemps de Prague » déferlait au Moyen-Orient. Des experts de l’Islam et de la cause palestinienne avaient publié des analyses élogieuses sur les Frères musulmans, d’autres évoquaient avec enthousiasme la fin des dictatures et des royaumes arabes et la mise en place de nouveaux régimes égalitaires où tous les peuples de la région pourraient enfin se prononcer sans crainte et en toute liberté.

Une incompréhension totale de l’évolution tribale au sein des civilisations arabes. Nous le répétons souvent, nous vivons ici dans une région bien différente de celle de l’Europe, et sur tous les plans.

Le fameux « Printemps arabe » tant espéré par les Occidentaux n’était qu’un vœu pieux éphémère qui a joué en boomerang contre les pauvres populations. Les guerres civiles ont causé un nombre incalculable de pertes humaines et un déplacement forcé de millions de réfugiés également vers l’Europe.

Chassés, humiliés, blâmés et torturés, les réfugiés, dont de nombreux chrétiens d’Orient, vivaient en paria, écartés de toute activité publique ou professionnelle, ils n’avaient d’autre choix que de survivre ou de quitter leurs foyers. Leur terre fut spoliée, leurs lieux de culte pillés et incendiés. Dans l’obligation de respecter les lois islamiques, de suivre les versets du Coran ou de porter les vêtements de tradition musulmane, ils ont fui leur pays en abandonnant leurs biens et leur patrimoine.

Dix ans après, au sein de certains pays arabo-musulmans on a toujours l’impression que le temps est figé, il ne bouge pas et il ne presse jamais. Bien que chaque Etat soit différent, avec ses propres caractéristiques, les régimes demeurent en général totalitaires, népotistes, oligarchiques, corrompus et policiers.

Une décennie après son déclenchement en Tunisie, le « Printemps arabe » n’a pas réussi jusqu’à ce jour à balayer la tyrannie, la terreur et la corruption. Il a plongé toute la région dans un tohu-bohu, dans un désordre total, et dans le chaos géopolitique.

La doctrine occidentale selon laquelle les dictatures doivent être balayées et remplacées par des régimes démocratiques n’est pas réalisable dans un monde arabo-musulman dominé par des courants islamistes et des tribus archaïques et fanatiques.

Cependant, dix après le déclenchement des « révolutions arabes », un vent de liberté souffle chez les jeunes. Au chômage et désespérés de leur avenir, ils osent descendre dans les rues pour manifester leur mécontentement et leur rage. Ils n’ont plus peur d’exprimer leur opinion sur les réseaux sociaux. Un nouvel outil démocratique qui joue un rôle d’influence considérable sur les décideurs politiques.

Certains pays dont l’Arabie saoudite, les Emirats du Golfe et le Maroc commencent aussi à comprendre que les fanatiques islamistes représentent un cancer au sein de leur nation, et seules des réformes modernes pourront les écarter du pouvoir et améliorer ainsi le niveau de vie. Ils réalisent que la Révolution islamique en Iran et les tentatives des Ayatollahs de l’exporter partout ailleurs ont transformé le vent frais de liberté en un tourbillon qui a fouetté, dévasté et déraciné toutes les valeurs démocratiques. La politique des Islamistes ne peut être compatible ni avec les droits de l’Homme, ni avec les lois internationales. Pour être membre de la Société des nations il faut respecter certaines règles fondamentales et suivre l’évolution de la modernité dans tous les domaines.

Dans ce contexte, un rapprochement avec l’Etat d’Israël est plus que jamais nécessaire pour leur sécurité et pour progresser dans la voie de la modernité. Dans la profonde tourmente, seul l’Etat juif demeure un îlot démocratique stable et solide, une puissance militaire et économique.

En séparant le problème palestinien de leur préoccupation, et en acceptant sans aucune condition préalable l’existence de l’Etat Juif, ils peuvent désormais rêver d’un Proche-Orient pacifiste nourri de coexistence et d’un marché libre et ouvert à tous.

Ainsi, nous pourrions ensemble mettre un terme définitif à la belligérance et à la haine et à aboutir à une paix sincère et viable.

Face au front du refus dirigé par l’Iran, et après une longue décennie d’illusions perdues, une doctrine pragmatique inspirant respect et dignité commence à se réaliser.

Cet article a été publié le 20 décembre 2020 sur le site            

SOURCE ORIGINAL_

______________________________________________

Du Printemps arabe à l’hiver islamique

Dominique Moïsi– CONSEILLER SPÉCIAL ​- GÉOPOLITIQUE,

institutmontaigne.org,15 DÉCEMBRE 2020

L’immolation par le feu de Mohamed Bouazizi, un vendeur de légumes tunisien, en décembre 2010, déclenchait une vague de révoltes, puis d’espoirs de libéralisation dans les pays arabes. Mais les portes de la démocratie, à peine entrouvertes, se sont refermées, constate Dominique Moïsi. Comment en est-on arrivé là ?

Il y a dix ans, presque jour pour jour, le 17 décembre 2010, un petit vendeur de fruits et de légumes tunisien s’immolait par le feu. Son acte de désespoir et de révolte allait marquer le début d’une vague de soulèvements dans le monde arabe, de la Tunisie à l’Égypte, sans oublier la Libye et la Syrie.

Que reste-t-il, une décennie plus tard, de cet immense espoir très vite suivi – à l’exception notable de la Tunisie – d’une vague de répression, parfois féroce, comme en Syrie ? Comment est-on passé du Printemps arabe à l’hiver islamique, et puis, plus classiquement, à l’approfondissement de la dialectique infernale entre autoritarisme et corruption ? Comme si les portes de la démocratie, à peine entrouvertes, s’étaient lourdement refermées sur celles de la kleptocratie.

Lecture occidentale du Printemps arabe

L’espoir était-il infondé, pur produit d’une lecture bien trop occidentale d’une culture que l’on ne comprenait pas, d’images que l’on ne savait pas interpréter ? Tout se serait-il passé comme si – victime d’un effet de zoom – le monde libéral et démocratique occidental avait vu (à tort) dans les images en provenance de la place Tahrir, au Caire, une préfiguration de ce qui allait se passer dans l’ensemble de l’Égypte ?

Le lien direct, presque mathématique, entre l’étendue de la dette égyptienne et la richesse des “généraux égyptiens” s’est renforcé au moment où ce qu’il restait de liberté était férocement muselé.

Il est plus facile de détruire que de reconstruire. Les jeunes de la place Tahrir ont su faire tomber le président Moubarak, ils n’ont pas su créer une Égypte démocratique, forte et stable, pris comme ils l’étaient entre un appareil sécuritaire – dépendant pour le maintien de sa richesse de sa présence au pouvoir – et des Frères musulmans qui allaient très vite faire la preuve de leur mélange d’incompétence et d’intolérance.

Avec le temps, les printemps arabes ont exposé les dangereuses limites des islamistes et de l’islam politique, mais n’ont pas conforté la société civile et la cause de la démocratie.

Le lien direct, presque mathématique, entre l’étendue de la dette égyptienne et la richesse des “généraux égyptiens” s’est renforcé au moment où ce qu’il restait de liberté était férocement muselé.

Printemps des peuples européens

L’expression de “printemps arabe”, tout comme celle plus récemment de “printemps algérien” – faisant référence au Printemps des peuples européens de 1848 – était-elle, dès le départ, une illusion trompeuse, ou bien est-ce encore trop tôt historiquement, pour en juger ?

Si la comparaison entre le Printemps européen de 1848-1849 et celui, arabe, de 2010-2011, demeure légitime, n’est-ce pas, avant tout en raison de leurs échecs respectifs ? En Europe, ce n’est pas le Parlement de Francfort qui unifia l’Allemagne, mais la Prusse de Bismarck. Et, en France, c’est Louis Napoléon Bonaparte qui sut tirer les bénéfices des désordres révolutionnaires.

Au cœur traditionnel du monde arabe, en Égypte, après l’expérience très peu concluante, c’est le moins que l’on puisse dire, des Frères musulmans au pouvoir, l’armée a repris le contrôle du pays, de manière plus brutale encore que du temps de Moubarak. Le maréchal Sissi sait qu’il peut compter sur le mélange de peur de l’islam radical, et d’appétits mercantiles de nombre de pays occidentaux, pour souder des amitiés que l’éthique devrait condamner, mais que la politique encourage.

Cynisme universel

Depuis des décennies, dans ses relations avec le Moyen-Orient et le Maghreb, le monde occidental apporte, de manière presque parfaite, les preuves de ses contradictions éthiques. Plutôt que d’être moraux de manière sélective et hypocrite, autant faire preuve d’un cynisme universel et décomplexé“, disent les tenants de la realpolitik. “La politique internationale n’est pas faite pour les âmes simples : esprits sensibles s’abstenir.

L’espoir sincère de nombreux observateurs, sinon acteurs – qui ne se résignent pas à voir la majorité des pays du Moyen-Orient et du Maghreb condamnés pour l’éternité à la sclérose, la corruption et la violence – semble avoir été balayé par l’épreuve des faits. Cela ne signifie nullement que l’Histoire donne raison aux “réalistes” qui mettent l’accent sur la vanité, le danger même de croire que l’idée de progrès puisse s’appliquer à cette partie du monde.

Règne de la kleptocratie

Du Caire à Alger, se résigner simplement à ce que le règne de la “kleptocratie” s’étende et se consolide, au nom de la lutte contre l’islamisme, n’est pas seulement un aveu de faiblesse excessive, mais une prise de risque irresponsable à terme. Les pays occidentaux, pour peu qu’ils veuillent les utiliser, ont des “leviers” plus importants qu’ils ne le pensent. Il ne s’agit pas de recevoir ou non le maréchal Sissi à Paris.

Les pays occidentaux, pour peu qu’ils veuillent les utiliser, ont des “leviers” plus importants qu’ils ne le pensent.

L’essentiel est ailleurs. Nous ne pouvons passivement accepter l’argument de souveraineté de régimes qui nous disent – jouant d’une indignation nourrie de références historiques – que “nous n’avons aucun droit de nous mêler de leurs affaires“. Mais leurs affaires” sont, surtout pour les pays européens si géographiquement proches, “les nôtres”. Il suffit, pour s’en convaincre, de voir le film égypto-scandinave Le Caire confidentiel, dénonciation au vitriol de la corruption en Égypte à la veille du soulèvement de janvier 2011.

Si la société civile ne peut plus s’exprimer dans une société gangrenée par la corruption, si les organisations des droits de l’homme sont décrites et traitées comme des organisations terroristes, il n’existe plus aucune force intermédiaire entre les forces sécuritaires et l’islamisme radical : ce qui constitue un danger pour la région et son environnement, c’est-à-dire “Nous”.

Le cynisme et la passivité intéressée sont contre-productifs. Ils constituent une forme d'”après moi, le déluge” condamnable sur tous les plans : politique, sécuritaire et éthique. Or le monde occidental peut encore faire la différence. En soutenant, par exemple – ce n’est pas très cher – l’exception tunisienne.

L’Amérique, même si elle se retire depuis douze ans de cette région, peut toujours faire la différence, non pas en envoyant ses soldats, mais en posant des conditions beaucoup plus strictes à l’attribution de ses aides. L’Europe, pour peu qu’elle arrive à se mettre d’accord sur une politique – qui ne soit plus seulement perçue comme celle de la France, mais de l’Europe – peut en faire de même. Le Moyen-Orient et le Maghreb ne doivent pas être condamnés à l’hiver éternel.
 

SOURCE ORIGINAL
_____________________________________________

Dix ans après l’euphorie, que reste-t-il du “Printemps arabe”?
AFP, Le point.fr 24/11/2020
L’espoir. Soudain, sans borne, contagieux. Il y a dix ans, le monde arabe allait vivre une série de révoltes populaires improbables, un puissant souffle de liberté qui dura des mois, avant des lendemains qui déchantent. Un évènement historique qui a durablement bouleversé la région.

De l’effondrement de régimes dictatoriaux considérés comme indéboulonnables à la montée et la chute d’un “califat” jihadiste, le Moyen-Orient a vécu la deuxième décennie du XXIe siècle au rythme de ce séisme géopolitique et de ses répliques.

Popularisés et référencés dans les livres d’histoire sous le nom de “Printemps arabe”, ces soulèvements ont conduit à des résultats disparates, souvent décevants: nombre de pays sont dans une situation pire qu’aux premiers jours de ces révoltes, à l’aube de 2011.

De la Tunisie au Yémen en passant par l’Egypte, la Libye ou la Syrie, les manifestations populaires, massives, ont été suivies au mieux de réformes précaires, au pire d’un retour à un ordre autoritaire, voire à d’interminables conflits armés.

Malgré ces revers, la flamme de ce mouvement pro-démocratie ne s’est pas éteinte, comme en témoigne la deuxième série de soulèvements huit ans plus tard au Soudan, en Algérie, en Irak, au Liban.

Vie digne”

Quelque chose “dans la réalité narrative” de la région a changé, estime Lina Mounzer, auteure et traductrice libanaise dont l’histoire s’est aussi tissée en Egypte et en Syrie.

“Je ne sais pas ce qu’il y a de plus émouvant ou de plus noble qu’un peuple qui réclame une vie digne, d’une seule et même voix”, clame-t-elle. “Cela prouve que c’est possible, que les gens peuvent se révolter contre les pires despotes, qu’il y a assez de courage (…) pour faire face à des armées entières.”

Tout commence le 17 décembre 2010, lorsqu’un jeune vendeur ambulant, Mohamed Bouazizi, excédé par le harcèlement policier, s’immole par le feu devant le gouvernorat de la petite ville défavorisée de Sidi Bouzid, dans le centre de la Tunisie.

Le geste de ce jeune diplômé n’est pas une première, mais son acte désespéré libère une rage jamais vue en Tunisie. Son sort tragique se répand sur les réseaux sociaux naissants.

Mohamed Bouazizi décède de ses blessures le 4 janvier 2011, alors que la contestation contre le régime du président tunisien Zine el Abidine Ben Ali, au pouvoir depuis 23 ans, s’est étendue comme une traînée de poudre.
 

Dix jours plus tard, Ben Ali devient le premier despote arabe contraint de fuir sous la pression de la rue. Exilé en Arabie saoudite, il y mourra dans l’indifférence en 2019.

Dans les semaines suivant sa chute, des manifestations pro-démocratie éclatent en Egypte, en Libye, au Yémen…

A partir du 25 janvier, la rage exprimée dans les rues du Caire, la plus grande ville arabe, donne au phénomène le nom de “Printemps arabe”.

Le monde regarde, interloqué, tandis que des centaines de milliers de personnes défilent pour exiger le départ du président Hosni Moubarak, au pouvoir depuis 1981.

L’espoir et l’euphorie renvoyés par ces images relayées en boucle sur les chaînes d’informations chassent un temps le fatalisme de la vie politique du Moyen-Orient. Tout devient possible.

“Dégage !”

“Regardez les rues d’Egypte ce soir; voici à quoi ressemble l’espoir”, écrit la célèbre auteure égyptienne Ahdaf Soueif dans le quotidien The Guardian.

La détermination soudaine de peuples longtemps opprimés et réduits au silence va jusqu’à renverser certaines des dictatures les plus enracinées.

D’inspiration tunisienne, une interjection -“Dégage !” (“irhal !”) – et un slogan – “Le peuple veut la chute du régime” (“Al-chaab yourid iskat al-nidham”) – déferlent un peu partout, renforçant le sentiment d’une destinée régionale commune.

Ces paroles résument le puissant désir de changement et de liberté parmi des dizaines de millions d’Arabes. C’est le cri d’une génération qui ignorait jusque-là ses propres capacités. Erigé en incantation à force d’être répété, il libère un temps les peuples de leurs peurs.

Un nouveau paradigme émerge au Moyen-Orient, basé sur une prise de conscience collective que les tyrans ne sont pas invincibles et que les changements peuvent venir de l’intérieur, et pas seulement du jeu géopolitique mondial.

Lina Mounzer se souvient des premiers jours de ces révoltes qui ont brisé le sentiment de “défaite arabe” ayant pesé sur deux générations après la mort de l’Egyptien Gamal Abdel Nasser et de son projet nationaliste panarabe.

“Il y avait un sentiment que, nous, Arabes, étions trop paresseux et las pour nous lever contre l’oppression, que nous acceptions le règne des despotes car fondamentalement déficients ou parce que nous avons été façonnés en bêtes de somme par le colonialisme et l’ingérence occidentale”, dit-elle à l’AFP.

“Islam et démocratie”

En Egypte, l’impensable se produit le 11 février 2011: l’annonce de la démission du vieux “raïs”.

“La nuit où Moubarak est tombé, j’ai pleuré de joie. Je n’arrivais pas à croire que le peuple égyptien pouvait être aussi courageux et beau. Cela ressemblait à l’aube d’une nouvelle ère”, se souvient l’auteure.

“Et puis, la Syrie. Si j’étais heureuse pour l’Egypte, surprise par l’Égypte, j’étais en extase pour la Syrie.”

Six mois avant son assassinat à Istanbul, en octobre 2018, le journaliste et dissident saoudien Jamal Khashoggi affirmait que les révoltes arabes avaient définitivement mis fin à l’idée que les Arabes et la démocratie étaient incompatibles. “Avec le Printemps arabe, le débat sur la relation entre islam et démocratie a pris fin”.

Outre Ben Ali et Moubarak, le Printemps arabe a permis de renverser Mouammar Kadhafi en Libye, Ali Abdallah Saleh au Yémen puis, huit ans plus tard, Omar el-Béchir au Soudan.

Cinq dictateurs et 146 années de règne au total – sans compter les 12 ans de Saleh à la présidence du nord du Yémen avant l’unification du pays en 1990.

Durant les premiers mois de ce chamboule-tout historique, l’effet domino paraît aussi inéluctable que les autocrates arabes semblaient intouchables.

“Hiver arabe”

Mais le “Printemps” tant attendu fera long feu.

Ironie de l’histoire, l’expression “Printemps arabe”, apparue fin janvier 2011, n’a été que rarement utilisée dans les pays de la région, où les termes “soulèvement” et “révolution” ont été préférés.

Elle a en tous cas vite donné lieu à une expression inverse, mise en avant dans l’ouvrage de l’Américain Noah Feldman “Arab Winter” (“L’hiver arabe”). Un hiver qualifié d'”échec tragique” par l’universitaire canadien Michael Ignatieff.

A l’exception de la Tunisie, le vide créé par la chute de régimes vilipendés n’a pas été comblé par les réformes démocratiques réclamées par la rue. Pire, il a parfois donné lieu à des conflits armés.

En Egypte, l’élection en 2012 de Mohamed Morsi, un islamiste dont le programme se heurte à l’opposition farouche d’une partie des contestataires, ouvre la voie à son renversement, l’année suivante, par l’armée. Et à une répression sanglante.

Le maréchal Abdel Fattah al-Sissi rétablit un régime au moins aussi autoritaire que celui de Moubarak, s’érigeant en rempart contre l’islamisme sous l’oeil bienveillant d’un Occident déboussolé et dépassé.

Pour l’auteure égyptienne Ahdaf Soueif, les jours grisants de février 2011 ne sont plus qu’un lointain souvenir, un mirage.

“Je n’aurais jamais imaginé que mon neveu, Alaa Abd el-Fattah, serait encore en prison aujourd’hui”, dit-elle. “Que la pauvreté atteindrait un niveau record (…), ou encore que l’Egypte (…) devienne une terre que ses jeunes veulent absolument quitter.”

A Bahreïn, seule monarchie du Golfe à avoir connu des manifestations de masse en 2011, le soulèvement a été brutalement réprimé avec le soutien de l’Arabie saoudite, qui pour sa part n’a pas hésité à distribuer de l’argent en masse à sa population pour éviter une contagion.

A l’autre bout de la région, les premières manifestations en Algérie, pays meurtri par la guerre civile, n’ont pas pris – son heure viendra en 2019. Au Maroc, le mouvement du 20-Février 2011 a été réduit au silence par des réformes cosmétiques et une sourde répression judiciaire.

En Libye, les révolutionnaires se sont divisés en une myriade de groupes dans un pays plus que jamais fragmenté et sujet aux ingérences étrangères. Le Yémen, pays le plus pauvre de la péninsule arabique, s’est engouffré dans un conflit civil aux ramifications régionales.

Mais la tombe du Printemps arabe restera la Syrie, où les manifestations pro-démocratie ont mué en un impitoyable conflit.

“Votre tour, Docteur”

“C’est votre tour, Docteur”, écrivent en mars 2011 des adolescents de Deraa, sur un mur de cette ville du sud de la Syrie, en référence au président syrien Bachar al-Assad, ophtalmologue formé au Royaume-Uni.

Voeu pieux: Assad restera le domino qui ne tombe pas, au prix d’une lutte sans merci, sauvant ainsi sa peau aux dépens de plus de 380.000 morts et de millions de déplacés.

“Je suis fier de ce que nous avons fait à l’époque, mais je n’aurais jamais pensé que nous en arriverions là, que le régime nous détruirait comme ça”, déclarait en 2018 à l’AFP un des graffeurs de Deraa, Mouawiya Sayasina.

Ici, la tournure des événements et l’inaction internationale ouvrent les portes d’un autre enfer: la répression sans fin, la haine confessionnelle qui se répand, un terreau où les jihadistes de Syrie et d’ailleurs prospèrent.

“Il n’a pas fallu longtemps pour que la philosophie de non violence disparaisse (…), en Libye, en Syrie et au Yémen”, écrit l’auteur et journaliste américain Robert F. Worth dans “A Rage for Order”.

L’expansion des jihadistes atteint son point d’orgue avec la proclamation en 2014 par le groupe Etat islamique (EI) d’un “califat” à cheval entre la Syrie et l’Irak, presque aussi vaste que la Grande-Bretagne.

La violence extrême des exactions, propagées sur les réseaux sociaux, la capacité de l’EI à attirer des milliers de combattants d’Europe et d’ailleurs et les vagues d’attentats dans le monde entier ont fini d’éteindre en Occident le regard enthousiaste des débuts.

L’attention du monde se focalise sur la lutte antiterroriste plutôt que sur la fin de régimes autocratiques qui ne tardent pas opportunément à se présenter, de nouveau, comme le dernier rempart contre l’islamisme radical.

“Leur propre histoire”

L’Occident, Etats-Unis de Barack Obama en tête, qui n’avait pas vu venir le Printemps arabe, s’était d’abord montré encourageant vis-à-vis des protestataires. Mais il s’est gardé d’intervenir directement, à l’exception de la Libye où des raids controversés de l’Otan ont été menés pour empêcher Mouammar Kadhafi de mater la rébellion dans le sang.

“La principale portée politique du Printemps arabe (…) est la mise en avant d’acteurs arabophones, agissant de leur propre chef et écrivant de manière totalement indépendante (…) leur propre Histoire”, résume Noah Feldman dans “The Arab winter”.

Mais cette volonté endogène s’est enlisée et, dix ans plus tard, les soulèvements arabes de 2011 résonnent davantage comme un échec.

Pour Ahdaf Soueif, il est cependant trop tôt pour tirer des conclusions.

“Les conditions dans lesquelles les gens ont vécu à partir du milieu des années 1970 ont conduit à la révolte. C’était inévitable. Cela continue de l’être”, affirme l’auteure. Comme d’autres militants, elle rejette la rhétorique liant la poussée de l’islam radical aux révolutions. Ce sont les contre-révolutions qui ont alimenté frustrations et privations dont les jihasites se sont nourris, avance-t-elle.

Legs et leçon

Depuis 2018, une deuxième vague de manifestations contre les pouvoirs en place au Soudan, en Algérie, en Irak et au Liban a ravivé les espoirs et semblé prouver la pérennité de l’esprit de 2011 au sein de la jeunesse arabe.

Pour Arshin Adib-Moghaddam, basé en Grande-Bretagne où il est professeur à la London School of Oriental and African Studies, le feu couve toujours sous les cendres et les revendications initiales “déborderont à la prochaine occasion comme un tsunami politique”.

“Les habitants de la région ont établi de nouveaux critères (…) de gouvernance”. “Tout Etat qui n’intègre pas cette nouvelle réalité est forcément confronté” à la menace d’un nouveau soulèvement, ajoute l’auteur de “On the Arab revolts and the Iranian revolution: Power and resistance today”.

Des changements irréversibles creusent leur sillon.

En Egypte, “une révolution sociale est en cours (…) Des questions comme les droits des femmes et ceux des LGBTQ” sont plus visibles, souligne Mme Soueif.

Pour Alaa al-Aswany, le romancier le plus connu d’Egypte, qui avait brièvement campé sur la place Tahrir au Caire, “la révolution, c’est comme tomber amoureux, elle fait de vous une meilleure personne”.

C’est la perception des dirigeants, du monde mais aussi de soi-même qui a changé à jamais, ajoute Lina Mounzer.

“Nous avons vécu si longtemps dans un monde qui a essayé de nous inculquer l’idée que le collectif était suspect et qu’individualisme était synonyme de liberté. Ce n’est pas le cas”, dit-elle. “La dignité est synonyme de liberté.”

“C’est ce que le Printemps arabe, à ses débuts idéalistes, non seulement nous a appris mais confirmé (…). Ce que nous faisons avec cette leçon – l’enterrer ou bâtir dessus – reste à voir”.

A ce titre, la “Révolution du jasmin” en Tunisie, bien que tourmentée, reste l’histoire à succès.

Dans le petit pays d’Afrique du Nord, l’effusion de sang et les profondes divisions ont été contenues, le mouvement d’inspiration islamiste Ennahdha, principale force politique du pays, a privilégié le consensus pour mener la transition.

“Contrastant avec l’échec en Egypte et le désastre en Syrie, la Tunisie apparaît comme l’exception du phénomène régional qu’elle a engendré”, écrit Noah Feldman dans “L’hiver arabe”.

Mais, là aussi, l’histoire reste inachevée et pour les 11 millions de Tunisiens, les dividendes de la révolte ne sont pas au rendez-vous.

Près de là où tout a commencé, en face de la place centrale de Sidi Bouzid où une sculpture de la charrette de Mohamed Bouazizi a été érigée, Achref Ajmi, 21 ans exprime son désenchantement.

Ben Ali est parti, le pays est resté debout, mais la situation économique, un des principaux catalyseurs de la révolte, reste médiocre, note-t-il.

“Le slogan de la révolution était +travail, liberté, dignité+. Nous n’avons rien vu de cela”. “Il n’y a pas d’emplois”.

SOURCE ORIGINAL

 


 

Aperçu de l’actualité

 

Benyamin Netanyahou reçoit le première injection contre le Covid-19, début de la campagne de vaccination en Israël

i24NEWS, 19 décembre 2020

Benyamin Netanyahou, 71 ans, s’est fait administrer le vaccin développé par les sociétés BioNTech/Pfizer

Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou s’est fait vacciner samedi soir contre le Covid-19, lançant du même coup la campagne nationale de vaccination contre ce virus en Israël.

 

_______________________________________________

Vers des élections en mars en Israël
Radio-Canada.ca, mardi 22 décembre 2020

Après l’échec cette nuit d’un dernier compromis et à moins d’une intervention divine de dernière minute, le Parlement israélien se dissoudra sur le coup de minuit pour lancer le pays vers de nouvelles élections législatives, les quatrièmes en près de deux ans.
_______________________________________________

Historique : Le premier vol Israël-Maroc décolle pour Rabat pour sceller un accord de normalisation
infos-israel.news, 22/12/2020

La délégation conjointe des États-Unis et d’Israël fait partie d’un voyage éclair pour signer des accords bilatéraux et trilatéraux, qui incluent l’aviation, le tourisme, la santé, l’eau et l’agriculture.

Donate CIJR

Become a CIJR Supporting Member!

Featured

Daily Briefing: THE US CHANGING OF THE GUARD (January 21, 2021)

0
Table of Contents:   The Old Order Returns:  Ben Domenech, The Federalist, Jan. 20, 2021 "This brittle leadership class in our politics inhabits the same America as a...

Sheldon Adelson redefined love of Israel

0
 Shoham Nicolet  Israel Hayom  01-14-2021 Sheldon Adelson's passing has left us shocked and pained. He was his generation's most singular man, and this is a tremendous loss...

Is US Jewry able to produce another Sheldon Adelson?: 

0
Giulio Meotti, Arutz Sheva, Jan. 13, 2021 "Frankly, the Democrats don't have a monopoly on having a heart," Sheldon Adelson repeated. His provenance as someone coming from...

Daily Briefing: BIDEN’S REHASHED NATIONAL SECURITY TEAM: UNLIKELY TO CHANGE COURSE RE IRAN?

0
Table of Contents: Caroline Glick: Will Israel be able to withstand Biden administration’s pressure?: Caroline B. Glick, World Israel News, Jan. 17, 2021 Mossad Head Briefs...

Subscribe Now!

Subscribe now to receive the
free Daily Briefing by email

  • Subscribe to the Daily Briefing

  • This field is for validation purposes and should be left unchanged.