Thursday, December 2, 2021
Thursday, December 2, 2021
Get the Daily
Briefing by Email

Subscribe

Communiqué:  Affrontements sur trois fronts (Syrie, Jérusalem, Gaza)

Articles Suggérés

Israël: le chef d’état-major reporte son voyage prévu à Washington, après des tirs de roquettes depuis Gaza
i24NEWS, i24 avril 2021

L’Intifada des braves ? Encore la faute d’Israël!

Michèle Mazel
brzustowski, 
terre-des-juifs.com, 24 avril 2021

Affrontements à Jérusalem: la presse française passe sous silence les violences palestiniennes

InfoEquitable,26 avril 2021

Aperçu de l’actualité 

________________________________________________________________________

Citation de la semaine: 

“Tout le jeu de la guerre se joue sur la faiblesse du guerrier”
Jean Giono

_________________________________________________________________

Israël: le chef d’état-major reporte son voyage prévu à Washington, après des tirs de roquettes depuis Gaza
i24NEWS, i24 avril 2021

Près d’une quarantaine de roquettes ont été tirées depuis Gaza dans la nuit de vendredi à samedi

Suite au regain de tensions entre la bande de Gaza et l’Etat hébreu, le chef d’état-major israélien a décidé de reporter son voyage aux États-Unis initialement prévu dimanche, a annoncé samedi un communiqué militaire.

Cette décision intervient après une réunion de hauts responsables sécuritaires samedi matin dirigée par le général Aviv Kochavi tandis que près d’une quarantaine de roquettes ont été tirées depuis le territoire palestinien sur le sud d’Israël dans la nuit de vendredi à samedi.A partir de 15H00 (12H00 GMT) ce samedi, le chef des armées participera à une évaluation de la situation au quartier général militaire à Tel Aviv en présence du Premier ministre Benyamin Netanyahou et de responsables de la défense israélienne, dont le ministre de la Défense Benny Gantz, le chef du Shin Bet (Service de sécurité intérieure israélien) Nadav Argaman, le chef du Conseil national de sécurité Meir Ben Shabbat ainsi que d’autres hauts responsables.

Pas moins de 36 roquettes ont été tirées depuis Gaza sur Israël tout au long de la nuit de vendredi à samedi, dont 6 ont été interceptées par le système de défense aérienne Dôme de fer. Aucune victime n’a été signalée.

L’armée israélienne a riposté contre des positions du groupe islamiste Hamas à l’aide de chars et d’hélicoptères, tandis que les Israéliens résidant dans les localités frontalières au territoire palestinien ont reçu pour instruction de rester à proximité des zones protégées.

Ces tirs de projectiles interviennent tandis que des affrontements ont éclaté ces derniers jours à Jérusalem et en Cisjordanie entre civils palestiniens et israéliens faisant intervenir les forces de sécurité israéliennes. 

LIEN

________________________________________________________________________

L’Intifada des braves ? Encore la faute d’Israël!

 Michèle Mazel

brzustowski, 
terre-des-juifs.com, 24 avril 2021

Cette année le début du Ramadan a coïncidé avec la levée des principales restrictions dues au Covid19. Pour marquer cette heureuse coïncidence, de jeunes palestiniens de Jérusalem-Est ont décidé de se livrer à une série d’actes de provocation. Non pas contre la police ou l’armée, bien sûr, mais contre des Juifs religieux. On les reconnait de loin et ils présentent des cibles aussi tentantes que faciles. Tout a commencé il y a quelques jours lorsque l’un de ces jeunes a giflé d’une seule main deux étudiants de Yeshiva assis dans le tramway de Jérusalem, avant de profiter de l’ouverture des portes pour s’enfuir sans que les étudiants n’aient eu le temps de réagir. D’une seule main parce que l’autre s’employait à immortaliser l’instant sur son smartphone. Diffusé avec des commentaires appropriés sur les réseaux sociaux et bien sûr Tik Tok, l’incident est devenu viral, suscitant de nombreux imitateurs. Quoi de plus drôle que de courser un vénérable rabbin en le couvrant de quolibets ou de bousculer une mère de famille, puis de poster les images sur l’internet?

L’essentiel étant de défier « l’ennemi sioniste » et de l’humilier à peu de frais. Que risquaient ces jeunes ? D’ailleurs l’auteur de la gifle, repéré grâce aux caméras de surveillance du Tram,  est actuellement en liberté surveillée, car atteint du virus, il ne pouvait être présenté au tribunal. Très rapidement les « braves » se sont faits plus audacieux, n’hésitant pas à affronter les forces de police. A ce stade, le mouvement d’ extrémistes juifs « Lehava » décide d’organiser une manifestation de protestation.
Clashes between Jews and Arabs at Damascus Gate in Jerusalem on April 22, 2021. Photo by Olivier Fitoussi/Flash90 *** Local Caption *** ùòø ùëí îäåîåú îùèøä éøåùìéí 

Ils se heurtent à un cordon de police musclé qui ne les laissera pas passer malgré les jets de pierre et autres projectiles. Les policiers sont par ailleurs en butte à des attaques similaires de la part des Palestiniens.

Les échauffourées feront des dizaines de blessés de part et d’autre et quantité d’arrestations tant de Juifs que d’Arabes.  « Un journaliste de l’Agence France-Presse , écrit Le Monde,  a vu des rues s’embraser aux abords de la vieille ville, tandis que des témoins ont partagé des images d’affrontements musclés sur les réseaux sociaux, notamment celle d’un Juif battu par des Palestiniens qui l’entouraient. »

C’est alors seulement que la Jordanie s’est saisie de la situation pour clamer son indignation devant ce qu’elle qualifie de « provocations » et « d’harcèlement » dont seraient victimes les Arabes de Jérusalem lors du mois sacré du Ramadan. Mahmoud Abbas renchérit et appelle la communauté internationale à protéger les Palestiniens de Jérusalem. Autre son de cloche, tout de même, celui du Hamas qui se félicite de ce qu’il appelle « l’intifada des braves » et encourage les jeunes à continuer, tandis que des cortèges sillonnent la Bande de Gaza scandant « Des millions de martyrs s’apprêtent à monter vers Jérusalem. »

Palestinians shout slogans around a model of Al-Aqsa mosque’s Dome of the Rock, during a rally in Gaza city on April 23, 2021, condemning overnight clashes in Israeli-annexed east Jerusalem. – Over 100 Palestinians and 20 Israeli police were wounded in overnight clashes in annexed east Jerusalem, authorities said. The violence flared outside an entrance to the walled Old City, after police had barred access to some areas where Palestinians usually gather in large numbers during the Muslim fasting month of Ramadan. Tensions were fuelled by the arrival of far-right Jews at the end of a march during which they harassed Palestinians and chanted « death to Arabs ».
(Photo by MAHMUD HAMS / AFP)
 

L’organisation terroriste accompagne ces menaces d’un tir nourri vers les villes et villages israéliens : au cours de la nuit de vendredi à samedi, trente-six missiles au moins ont ainsi été lancés, obligeant des centaines de milliers de civils à se réfugier précipitamment dans des abris.

36 Rockets are launched from the Gaza Strip towards Israel, Monday, Feb. 24, 2020. (AP Photo/Khalil Hamra)

Gageons pourtant que c’est Israël qui va encore être montré du doigt tant par l’Union Européenne que par les Démocrates en Amérique.

Par Michèle Mazel

Pour lire l’article complet, CLIQUEZ SUR CE LIEN

________________________________________________________________________

Affrontements à Jérusalem: la presse française passe sous silence les violences palestiniennes

InfoEquitable,26 avril 2021

France Inter, Le Monde, RFI… rejettent l’entière responsabilité des violences sur les « Juifs extrémistes » et occultent les nombreux incidents et agressions commis ces derniers jours par des Palestiniens.

 

Depuis plusieurs jours, la tension est montée d’un cran à Jérusalem où l’on signale des incidents entre des membres violents des communautés juive et arabe

Tous les soirs, des échauffourées surviennent à proximité de la vieille ville entre jeunes Palestiniens et force de l’ordre. 

Jeudi 22 avril, de nouvelles violences éclatent dans la soirée.

Dans son journal du lendemain (à 12mn43), France Inter évoque des affrontements « entre Juifs extrémistes et musulmans »

L’information n’est guère plus développée. Juste une courte brève entre deux reportages. Pour la radio de service publicla cause est entendue : les Juifs sont les fauteurs de troubleLes musulmans (entendez, les Palestiniens) sont présentés comme les victimes.

Cette présentation pour le moins sans nuance témoigne d’une ignorance ou d’une grande cécité sur la situation qui prévaut à Jérusalem, où les foules arabes endoctrinées qui scandent « Allahou akbar » en prêtant aux Juifs les pires desseins ne sont pas toujours animées des sentiments les plus pacifiques.

Radio France internationale rejette la faute sur les « suprémacistes juifs »

Dans sa matinale et sur son site, Radio France internationale (RFI) a également consacré un reportage aux incidents de Jérusalem.

Un jeune Palestinien interviewé explique que « les Israéliens refusent de nous laisser célébrer le mois de Ramadan en paix ». Selon lui, les Palestiniens ne font que se rassembler pacifiquement devant l’une des portes de la vieille ville « durant le mois sacré ». Il affirme que les Israéliens veulent les en chasser. « Nous sommes les gardiens de Jérusalem, nous défendrons notre ville coûte que coûte », lance-t-il.  

Le reportage donne ensuite la parole à Moshe, un Israélien, en précisant qu’il fait partie d’un groupe constitué de « centaines de juifs d’extrême droite ». Moshe accuse à son tour les Palestiniens d’être à l’origine des violences.

Le parti pris de l’article est néanmoins patent. Les Juifs y sont qualifiés de « suprémacistes » (traduisez, « racistes ») « d’extrême droite » alors que les Palestiniens sont présentés de de manière plus neutre, voire bienveillante.

Cela fait quelques temps que les médias se sont mis à parler de « suprémacistes juifs » pour qualifier les positions de groupes israéliens radicaux. Mais une recherche Google de l’expression « suprémacistes palestiniens » ne donne strictement aucun résultat dans la presse, alors que que l’on connaît la propension d’une partie des Palestiniens à rêver d’une Palestine libre de la mer au Jourdain.

Pareillement, les interviewés ne sont pas logés à la même enseigne par RFI.

Les accusations formulées par le manifestant palestinien sont données pour argent comptant, comme s’il s’agissait de faits établis. (« Ils veulent nous empêcher de célébrer le Ramadan, ils veulent nous chasser »).

Le reporter de RFI est en revanche beaucoup plus distant lorsqu’il rapporte les propos du manifestant israélien (« selon lui », « il accuse  les Palestiniens»… souligne le journaliste à chaque détour de phrase pour bien signifier qu’il ne les confirme pas).

Le Monde passe sous silence le lynchage d’un automobiliste israélien

Le Monde donne à son tour sa version des faits.

 

 

Dans cet article – qui est une synthèse de dépêches de l’AFP – le journal donne des précisions sur le déroulé des incidents.

Une manifestation du mouvement d’extrême droite israélien Lehava dans les rues de la ville aurait tourné à l’émeute. 

Des jeunes Palestiniens « revenant de la prière nocturne du Ramadan » auraient réagi à ce que Le Monde qualifie de « provocation »

Selon Le Monde, ce sont les manifestants juifs qui en criant « Mort aux arabes » auraient suscité une « contre-manifestation ». 

Le journal évoque aussi des incidents survenus les jours précédents lors desquels de « jeunes juifs » auraient « agressé violemment des employés arabes travaillant dans des commerces du centre-ville et des journalistes ». 

S’il est vrai que le groupuscule israélien Lehava est connu pour ses outrances et des déclarations racistesle récit des événements relaté par Le Monde est passablement édulcoré.

Le Monde a ainsi passé sous silence la tentative de lynchage d’un automobiliste juif par les émeutiers palestiniens qui était pourtant rapportée dans les dépêches de l’AFP.

Les images de cette violente agression étaient visibles dès le jeudi soir 23 avril sur les réseaux sociaux (ici sur le compte de la journaliste israélienne Asael Peled).

 

 

Mis en cause par un tweet d’InfoEquitable pour cette supercherieLe Monde a réintégré l’information dans son article… avec presque 24 heures de retard.

La 13e chaîne israélienne a diffusé le lendemain le témoignage de l’automobiliste passé à tabac dont le véhicule a été incendié. « J’ai fui. Ils voulaient me tuer », raconte Yahia Gerdi sur son lit d’hôpital.

 

 

Yahia Gerdi demeure un inconnu pour les lecteurs du Monde. Sa voix ne sera pas entendue sur France Inter ou RFI. Son visage ne sera pas montré sur les sites internet francophones. Les victimes juives des violences palestiniennes n’intéressent guère la presse française.  

 

Des violences anti-juives qui se multiplient à Jérusalem

De nombreuses agressions de Juifs orthodoxes par des groupes de Palestiniens ont été rapportées durant la même soirée sur les réseaux sociaux.

 

 

Mais pas dans la presse française.

En tout cas ni dans Le Monde, ni sur France Inter ou sur Radio France internationale.

Pourquoi cette différence de traitement ?

Qu’est ce qui justifie ce déséquilibre dans la couverture médiatique des derniers incidents à Jérusalem ?

En réalité, les incidents violents et la tension qui en a résulté se multiplient à Jérusalem depuis le début du Ramadan alors que la campagne pour les élections législatives palestiniennes du 22 mai suscite des divisions y compris au sein du Fatah du président Mahmoud Abbas.  

 

Surenchère palestinienne

Dans cette excellente analyse publiée par le Jerusalem post, le journaliste Khaled Abu Toameh, considéré comme l’un des meilleurs spécialiste du dossier palestinien, estime que cette vague de violence est le résultat de la surenchère à laquelle se livrent le Hamas et le Fatah pour conquérir le leadership auprès des populations arabes.

Selon le journaliste, chaque faction cherche ainsi à se positionner comme le champion de la « lutte pour Jérusalem », « pour la défense des Mosquées », et contre la « judaïsation » de la ville sainte.

 

 

« Les violences ont commencé le premier jour du mois de jeûne musulman du Ramadan, lorsque des militants soupçonnés d’être affiliés à la faction au pouvoir du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, le Fatah, ont attaqué des policiers stationnés près de la vieille ville de Jérusalem avec des feux d’artifice, des pierres et des bombes à essence. Plusieurs passants juifs ont également été visés », écrit Khaled Abu Toameh. 

Depuis le début du Ramadan, un autre phénomène inquiétant se développe en particulier à Jérusalem. De jeunes Palestiniens agressent gratuitement des Juifs orthodoxes et diffusent les vidéos de ces violences sur les réseaux sociaux.

 

 

La première de ces agressions d’un genre nouveau a eu lieu le 15 avril. Un jeune Palestinien a violemment giflé deux adolescents orthodoxes dans le tramway de Jérusalem et a diffusé la vidéo qui est rapidement devenue virale.

 

 

Selon le quotidien israélien Yedioth Aharonoth, la police a recensé plusieurs dizaines d’agressions du même type depuis quelques jours à Jérusalem.

 

 

C’est au motif de protester contre cette campagne de violences antisémites attisée par les Palestiniens que le mouvement Lehava avait donc organisé jeudi 22 avril au soir une manifestation parfaitement légale à Jérusalem.

Ces éléments qui apportent un éclairage quelque peu différent ont été ignorés par la majorité des médias français.

Samedi matin, revenant sur les incidentsLe Monde évoque des « ratonnades » dont ne seraient victimes que les Arabes, minimise les multiples agressions commises depuis plusieurs jours par les Palestiniens contre les Juifs en considérant qu’il ne s’agit que d’un « prétexte » , décrit les jeunes Palestiniens comme de pacifiques badauds dont la seule activité notable le soir dans les rues de Jérusalem serait de « se rassembler pour chanter et regarder les jongleries de clowns après la rupture du jeûne » (sic).

 

 

Chaque soirée, après la rupture du jeune du Ramadan, est désormais émaillée d’incidents à Jérusalem entre les forces de l’ordre et des groupes de jeunes Palestiniens.

 

 

Sur ces imagesdes Palestiniens détruisent des caméras de surveillance dans des rues de Jérusalem en prévision de futures émeutes, ce qui semble accréditer leur caractère organisé. Une cinquantaine de caméras ont ainsi été mises hors service ces derniers jours.

 

 

Dans la nuit de samedi à dimanche, la police a dû faire barrage face à des groupes de Palestiniens qui tentaient d’accéder aux quartiers juifs pour en découdre.

Alors que la France elle-même est en proie chaque soir à des violences urbaines dans de nombreux quartiers aux mains des islamistes, avec des techniques similaires de guérilla urbaine (jets de pierres, incendies, tirs de mortiers…) et d’incitation à la violence (diffusion d’images sur les réseaux sociaux), il est frappant de constater à quel point la presse française fait preuve d’une étrange complaisance lorsque de telles violences sont le fait de Palestiniens et visent des Juifs à Jérusalem.

 

Pour lire l’article complet, CLIQUEZ SUR CE LIEN

________________________________________________________________________

Aperçu de l’actualité 

Affaire Sarah Halimi: «Pour protester contre le jugement de Kobili Traoré, j’ai rendu ma robe de juge !»
Aziliz Le Corre
Lefigaro.fr, 27/04/2021

 Quand le jugement a été rendu et que la cour de cassation a confirmé que Kobili Traoré, le meurtrier de Sarah Halimi, était rendu inaccessible à toute sanction pénale, ma première réaction en tant que juge a été de me dire «Je rêve !». Pour protester, j’ai décidé de démissionner de mes fonctions. Ma démission a été acceptée et… regrettée.

____________________________________________________

Course au vaccin Pfizer: les raisons du succès israélien
Jforum.fr, 21 avril 2021

Le PDG de Pfizer envisage de choisir l’Estonie comme premier pays à être vacciné – puis Netanyahu a tiré un argument gagnant. «Nous avons une population de 100 pays – s’il y a une réaction négative au vaccin, il sera possible de savoir s’il y a une lien avec l’origine « . Le Premier ministre a mis les avocats en jeu, l’ambassadeur Drummer a aidé – et le reste appartient à l’histoire.

 

Donate CIJR

Become a CIJR Supporting Member!

Most Recent Articles

Zionism, An Indigenous Struggle: Aboriginal Americans and the Jewish State — partial listing

0
Edited by: Nathan Elberg & Machla Abramovitz Contents Foreword: Machla Abramovitz Introduction: Nathan Elberg 1-The Convergence of the Native American and Jewish Narratives in our Times: Jay Corwin...

L’accord sur le nucléaire iranien : 5+1-1…

0
Times of Israel, AVR 25, 2021 En essence, l’accord des 5 +1 sur le nucléaire iranien permettait à l’Iran de développer librement la technologie nucléaire...

AN INTERNATIONAL CELEBRATION OF THE 101ST ANNIVERSARY OF THE SAN REMO CONFERENCE;

0
April 19, 2021 "Why is Educating about Israel's Rights to the Land More important Now Than Ever." Doris Strub Epstein In 1917, in the sleepy little town...

Seymour Mayne Jerusalem Poems

0
To Read Poems Please Visit: https://isranet.org/publications/  

Subscribe Now!

Subscribe now to receive the
free Daily Briefing by email

  • This field is for validation purposes and should be left unchanged.

  • Subscribe to the Daily Briefing

  • This field is for validation purposes and should be left unchanged.