Saturday, January 23, 2021
Saturday, January 23, 2021
Get the Daily
Briefing by Email

Subscribe

Communiqué: Rétrospective d’une année que l’on aimerait oublier (Dec 31st, 2020)

 

Citation de la Semaine:

« L’optimiste rit pour oublier; le pessimiste oublie de rire »

Anonyme

Articles Suggérés

Pfizer and Moderna announce successful early results in COVID-19 vaccine trials.(Atlanta Jewish Times)

1) –Janvier: Le plan de paix de Trump dévoilé

TIMES OF ISRAEL STAFF, 

Times of Israel, 28 janvier 2020,

 

2) –Avril: Israël impose le bouclage des villes pour Pessah, la Pâque juive

Jack Guez, AFP
FRANCE 24, 08/04/2020

 

 

 

3) – Septembre: Washington scelle les accords de normalisation entre Israël et deux pays du Golfe
——–Véronique Le Billon
——-Les Echos,15 sept. 2020

 

4)- Décembre: Israël/Crise politique: dissolution de la 23e Knesset, de nouvelles élections auront lieu fin mars 2021

i24NEWS, 22 décembre 2020

 

5) – Decembre: Le PDG de Pfizer, fils de survivants de la Shoah, allume les bougies de Hanoukka
Jacob Magid,
Times of Israel, 17 Déc 2020

 

6) –Décembre: Israël: près de 500 000 vaccinés; priorité accordée aux enseignants
TIMES OF ISRAEL STAFF
Times of Israel, 29 décembre 2020

Janvier: Le plan de paix de Trump dévoilé

Trump : “Jérusalem restera la capitale indivisible d’Israël” ; Protestations en Cisjordanie et dans la bande de Gaza ; Réunion de la Ligue arabe samedi à la demande du chef de l’AP

TIMES OF ISRAEL STAFF, 28 janvier 2020,

En amont de la révélation du plan de paix américain, les spéculations dans les médias ont été quasiment innombrables. Le Times of Israël suit pour vous les événements :

Ayman Odeh, chef du parti de la Liste arabe unie, déclare que la proposition de paix américaine « est un assassinat ciblé de la solution à deux États ».

Il déclare à la Douzième chaîne d’information : « L’important, c’est que les deux peuples et leurs dirigeants s’entendent ici, et non pas que le corrompu Trump et le corrompu Netanyahu siègent à la Maison Blanche et décident pour le peuple ici ».

Son collègue Yousef Jabareen a ajouté que le président américain est devenu un serviteur des caprices de Netanyahu, qualifiant Trump de « président du Likud – branche de la Maison Blanche ».

Abbas aurait refusé de recevoir le plan de paix US

Le député de la Liste arabe unie, Ahmad Tibi, a déclaré à la Douzième chaîne que l’administration américaine avait tenté aujourd’hui d’envoyer le texte de son plan de proposition de paix au président de l’Autorité palestinienne (AP) Mahmoud Abbas.

Ramallah a refusé de l’accepter.

Réunion de la Ligue arabe samedi à la demande d’Abbas

Une réunion extraordinaire de la Ligue arabe, en présence du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, se tiendra samedi au Caire afin d’évoquer le plan de paix pour le Proche-Orient que Washington compte dévoiler ce mardi, a indiqué son secrétaire général, Hossam Zaki.

Cette « réunion extraordinaire », en présence de M. Abbas et des ministres des Affaires étrangères des pays membres, se tiendra à la suite « d’une demande palestinienne », est-il précisé dans un communiqué.

Le grand imam de la mosquée d’al-Azhar, grande institution de l’islam sunnite, a de son côté violemment critiqué ce plan lors d’une conférence internationale pour la réforme du discours religieux au Caire.

« Nous n’avons plus d’identité (…) en tant qu’Arabes et musulmans. Nous ne sommes plus rien. (…). Je me suis senti terriblement déshonoré quand j’ai vu (Donald) Trump avec (le Premier ministre) israélien », a affirmé mardi le grand imam Ahmed al-Tayeb.

« Ce sont eux qui prévoient, discutent, décident et résolvent nos problèmes. Il n’y a aucun Arabe ou musulman », a-t-il déploré.

Trump : Les Palestiniens « méritent une vie meilleure »

Donald Trump déclare que son plan pour résoudre le conflit israélo-palestinien permettait à Israël de « faire un grand pas vers la paix ».

Le président américain déclare que le soutien de Netanyahu et de Benny Gantz au plan montre que « la paix transcende la politique en Israël ».

Les Palestiniens « méritent une vie meilleure », a aussi assuré le président des Etats-Unis aux côtés du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu pour la présentation officielle de ce plan de 80 pages, « le plus détaillé » jamais mis au point selon lui.

Trump : le plan prévoit la solution à deux Etats, Jérusalem restant indivisible

Selon le président, le plan détaillé des États-Unis préconise une solution à deux États et comprend des cartes détaillées du territoire.

Il affirme que le futur État palestinien sera contigu. Il dit aussi que Jérusalem restera la « capitale indivisible » d’Israël, sous un tonnerre d’applaudissements.

Il n’a pas détaillé quelles frontières il envisageait pour cette capitale israélienne au cours d’un discours durant lequel il a aussi évoqué une capitale de l’Etat palestinien à Jérusalem-Est. Les Palestiniens veulent faire de Jérusalem-Est, partie de la ville occupée depuis 1967 par Israël puis annexée, la capitale du futur Etat auquel ils aspirent.

Trump évoque une « solution réaliste à deux Etats »

Donald Trump a présenté mardi une « solution réaliste à deux Etats » pour résoudre le conflit israélo-palestinien, qui conditionnerait toutefois la naissance d’un Etat palestinien au « rejet clair du terrorisme » et ferait de Jérusalem la « capitale indivisible d’Israël ».

« Ma vision présente une occasion gagnant-gagnant pour les deux parties, une solution réaliste à deux Etats qui résoud le risque que représente un Etat palestinien pour la sécurité d’Israël », a-t-il dit lors d’une déclaration à la Maison Blanche.

Le « futur Etat palestinien » ne verrait le jour que sous plusieurs « conditions », dont « le rejet clair du terrorisme ». Il pourrait avoir « une capitale palestinienne à Jérusalem-Est », a assuré le président des Etats-Unis.

Les Etats-Unis sont en outre prêts à « reconnaître la souveraineté israélienne sur des territoires » occupés, dont il n’a pas précisé l’ampleur.

Trump appelle les Palestiniens à « relever les défis de la coexistence pacifique »

« Nous demandons aux Palestiniens de relever les défis de la coexistence pacifique », a déclaré M. Trump.

Cela comprend des lois consacrant les droits de l’homme, « l’arrêt des activités malveillantes du Hamas, du Jihad islamique » et d’autres groupes terroristes et « l’arrêt des compensations financières aux terroristes ». 

Trump : un plan fondamentalement différent des efforts diplomatiques passés

« Cette vision de la paix est fondamentalement différente des diplomaties passées », a déclaré mardi Donald Trump.

« Même les plans les mieux intentionnés étaient légers sur les détails factuels et lourds sur le plan conceptuel ».

Et d’ajouter : « Aujourd’hui, Israël fait un pas de géant vers la paix… Netanyahu m’a informé qu’il était prêt à approuver la vision comme base de négociations directes ».

Trump : Aucun Palestinien ou Israélien ne sera chassé de sa maison

« Aucun Palestinien ou Israélien ne sera déraciné de sa maison » dans le cadre du plan américain, a assuré mardi le président américain.

Trump annonce avoir écrit à Abbas

Donald Trump a annoncé avoir envoyé mardi « une lettre » au président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, estimant que son plan était « une chance historique » pour les Palestiniens d’obtenir un Etat indépendant.

« Je lui ai expliqué que le territoire prévu pour son nouvel Etat resterait ouvert et sans développement » d’implantations israéliennes « pendant une période de quatre ans », a dit le président des Etats-Unis.

Cet Etat sera « d’un seul tenant », a-t-il ajouté.

Il a estimé que son plan « pourrait être la dernière chance » pour les Palestiniens d’obtenir un État indépendant.

Trump : « il est temps pour le monde musulman de réparer l’erreur de 1948 »

« Il est temps pour le monde musulman de réparer l’erreur qu’il a commise en 1948 en choisissant d’attaquer au lieu de reconnaître le nouvel État d’Israël », a déclaré Donald Trump.

SOURCE ORIGINAL_

______________________________________________
Avril: Israël impose le bouclage des villes pour Pessah, la Pâque juive

FRANCE 24, 08/04/2020

Ce 8 avril marque le début de Pessah, importante fête juive habituellement célébrée en famille. Mais cette année, en raison de l’épidémie de Covid-19, Israël a imposé le bouclage de toutes les villes du pays de mardi à vendredi. 

Les Israéliens resteront confinés  pour la célébration de Pessah, la Pâques juive qui commence ce mercredi 8 avril pour une durée de huit jours. En raison de l’épidémie de Covid-19, Israël  impose un bouclage entre les villes du pays de mardi à vendredi.

“Il y aura un bouclage à partir de mardi à 16h jusqu’à vendredi à 7h, vous devrez rester dans vos villes et villages”, a déclaré lundi soir le Premier ministre Benjamin Netanyahu dans une intervention télévisée en direct.

Pour  faire respecter le confinement, des contrôles de police stricts ont été mis en place. “Nous avons  positionné des barrages sur toutes les autoroutes avec des policiers, des douaniers mais aussi des militaires. Ils patrouillent et font des contrôles afin d’empêcher les mouvements de population”, précise Micky Rosenfeld, porte-parole de la police israélienne. 

Seder sans famille 

Habituellement, les familles se réunissent pour partager le Seder, le repas commémorant la libération des Juifs après quarante années d’esclavage en Égypte. Mais cette année, Benjamin Netanyahu a précisé que seules les personnes vivant sous le même toit pourront rester ensemble pour le dîner qui aura lieu mercredi soir. 

“Chaque famille restera seule chez elle et personne ne pourra sortir de chez soi entre mercredi 18h et jeudi à 7h”, a précisé le Premier ministre. “Les jours qui viennent seront décisifs pour l’État d’Israël.”

Villes et quartiers orthodoxes particulièrement touchés 

Plus de 8 900 cas de contamination, dont 57 morts, ont été officiellement recensés en Israël. L’épidémie se concentre en particulier dans les villes et les quartiers juifs ultra-orthodoxes, où plusieurs personnes ont pris du temps à mettre en vigueur les mesures sanitaires, voire ne les respectent pas. 

Dans la ville de Bnei Brak, le gouvernement a déployé l’armée ce weekend afin “d’aider” à livrer de la nourriture et des médicaments et permettre d’exfiltrer des personnes qui seraient contaminées.

Malgré l’annonce du bouclage temporaire, Benjamin Netanyahu a affirmé qu’il y avait “des signes positifs de progrès”. “On peut envisager de commencer à sortir du confinement de manière progressive après la fête de Pessah, mais cela dépend de vous.”

Les Israéliens ne peuvent actuellement sortir à plus de 100 mètres de chez eux, hormis pour aller au supermarché, à la pharmacie ou à l’hôpital. Les autorités estiment que les fêtes de Pessah seront un “tournant” dans la lutte contre le  Covid-19.

Avec AFP et Reuters 

SOURCE ORIGINAL
_____________________________________________

– Septembre: Washington scelle les accords de normalisation entre Israël et deux pays du Golfe

Véronique Le Billon
Les Echos.fr ,15 sept. 2020
Deux accords entre Israël et des pays du Golfe en l’espace d’un mois et sous l’égide des Etats-Unis. A quelques semaines de l’élection présidentielle le 3 novembre, Donald Trump ne laissera pas passer l’opportunité d’engranger un succès politique. Ce mardi à Washington, le président américain organise la signature des « Accords Abraham » : le traité de normalisation des relations entre Israël et les Emirats arabes unis annoncé mi-août, et celui dévoilé vendredi entre Israël et Bahreïn. Ces deux accords sont les premiers entre l’Etat hébreu et un pays arabe depuis ceux signés avec l’Egypte en 1979 puis la Jordanie en 1994.

« Il se passe des choses au Moyen-Orient que personne n’aurait même pu envisager », a salué vendredi Donald Trump. Désireux de bâtir un front contre l’ennemi iranien, il a même assuré avoir « bon espoir » que d’autres accords viendront. Interrogé sur le fait de savoir si ce double accord pourrait être le prélude à une reconnaissance d’Israël par l’Arabie Saoudite, le conseiller et gendre du président Jared Kushner a toutefois été prudent. « Les dirigeants de la région reconnaissent que l’approche adoptée dans le passé n’a pas fonctionné et ils ont compris que leur peuple souhaite un avenir plus dynamique », a-t-il seulement avancé vendredi lors d’une conférence de presse téléphonique.
 

« En l’espace d’un mois, nous avons deux accords de paix historiques avec deux pays arabes », a aussi salué le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu, juste avant de s’envoler vers Washington. Si la majorité des Israéliens est favorable à ces accords, c’est néanmoins le cadet de leur souci alors qu’ un deuxième confinement général vient d’être décidé.

Nombre d’observateurs remarquent que les représentants des Emirats et du Bahreïn à Washington étant ministres des Affaires étrangères, le protocole aurait voulu que ce soit leur homologue israélien, Gaby Ashkenazy du parti Bleu-Blanc, qui fasse le voyage. Mais, Benyamin Netanyahu a besoin d’être sur la photo en cas d’élection et pour contrer les images de son procès, qui doit commencer en janvier. Cependant, Gaby Ashkenazy et Benny Gantz, ministre de la Défense, ont été informés de l’accord avec le Bahreïn avant qu’il ne soit rendu public, ce qui n’avait pas été le cas lors de l’annonce de l’accord avec les Emirats arabes unis, le 13 août.

Les Palestiniens critiques

D’après la presse israélienne, le texte de l’accord détaillé avec les EAU, plus développé que celui avec le Bahreïn, n’était toujours pas finalisé dimanche soir. S’agira-t-il d’un traité de « paix », un terme auquel tient le Premier ministre israélien ou celui de « normalisation » préféré par les Emiratis ? Quel que soit ce texte, les habitants des colonies de Cisjordanie se sentent trahis. En janvier, après l’annonce du plan Trump sur l’avenir d’Israël , ils ont cru que l’annexion de la Cisjordanie était possible. Aujourd’hui, celle-ci n’est plus d’actualité, quoiqu’en dise Benyamin Netanyahu.

Avec les deux accords de normalisation, Donald Trump a assuré de son côté que les Palestiniens « vont vouloir venir parce que tous leurs amis y sont ». Pour l’heure, ils se sentent surtout « abandonnés par leurs frères arabes », comme l’a déclaré Ahmed Majdalani, membre du comité exécutif de l’OLP.

Crédit politique

Aux Etats-Unis, des experts appellent la Maison-Blanche à maintenir la pression sur les monarchies du Golfe. « Tant que les Etats-Unis vendent des armes sophistiquées aux Emirats arabes unis, ils ne devraient pas hésiter à exercer une pression maximale pour qu’ils mettent un frein à leurs violations des droits de l’homme, qu’ils fassent pression pour mettre fin au conflit au Yémen, qu’ils renoncent à leur bras de fer au Qatar et pour qu’ils fassent pression sur les Saoudiens pour qu’ils entament un dialogue avec l’Iran », écrivent Aaron David Miller et Richard Sokolsky dans une tribune du « Washington Post ».

Utilisant l’appel d’un parlementaire de la droite populiste norvégienne à lui décerner le prix Nobel de la Paix, Donald Trump espère retirer un crédit politique de l’ensemble de sa politique au Moyen-Orient . Le secrétaire d’Etat Mike Pompeo s’est rendu ce week-end au Qatar pour participer au lancement des négociations interafghanes, six mois après la signature d’un accord de paix et de retrait des troupes américaines. Et jeudi, le président américain a rappelé que le retour des soldats américains de la région se poursuivait. De quoi montrer qu’il a tenu ses promesses de 2016.

 

SOURCE ORIGINAL
_______________________________________________

Décembre: Israël/Crise politique: dissolution de la 23e Knesset, de nouvelles élections auront lieu fin mars 2021

i24NEWS, 22 décembre 2020

Il s’agira du quatrième scrutin en deux ans

La 23ème Knesset a été automatiquement dissoute à minuit, dans la nuit de mardi à mercredi, entraînant le déclenchement d’un nouveau scrutin après l’échec des parlementaires à adopter un budget pour l’Etat.

De nouvelles élections – les quatrièmes en seulement deux ans – auront donc lieu en mars 2021.
 

Le Premier ministre Benyamin Netanyahou a accusé mardi soir le chef du parti Bleu Blanc, Benny Gantz, de ne pas avoir respecté ses promesses dans le cadre de l’accord de rotation convenu entre les deux dirigeants, promettant par ailleurs que son parti remporterait le prochain scrutin.

Après trois scrutins les ayant placés au coude-à-coude, MM. Netanyahou et Gantz avaient provisoirement enterré la hache de guerre au printemps afin de mettre fin à la plus longue crise politique de l’histoire d’Israël, en s’alliant dans un même gouvernement.

L’accord, visant à rassembler les principales forces politiques du pays pour affronter la pandémie de Covid-19, prévoyait notamment une rotation pour le poste de Premier ministre et l’adoption d’un budget unique pour les années 2020 et 2021.

Mais pour concrétiser cette rotation, et permettre à M. Gantz d’accéder au poste de chef de gouvernement l’an prochain, les parlementaires devaient au préalable s’entendre sur le budget, un pas qu’ils n’ont finalement jamais franchi.

La saga du budget, considérée par la presse locale comme le révélateur des tensions entre MM. Netanyahou et Gantz, s’est étirée sur des mois avec pour échéance le 23 décembre. Si à cette date aucun compromis n’était trouvé, la Knesset (Parlement) se dissolvait et les Israéliens étaient convoqués à nouveau aux urnes.

Pour éviter ce scénario, la formation centriste Kahol Lavan (Bleu-Blanc, les couleurs du drapeau israélien) de Benny Gantz avait proposé un compromis de la dernière chance – votez deux budgets séparés, un fin décembre, l’autre début janvier.

Mais mardi, les parlementaires ont rejeté, par 49 voix contre 47, ce compromis, ne laissant plus de place au doute sur le sort du gouvernement.

SOURCE ORIGINAL

______________________________________

(December): Le PDG de Pfizer, fils de survivants de la Shoah, allume les bougies de Hanoukka
Jacob Magid,
Times of Israel, 17 Déc 2020

Le PDG de Pfizer, Albert Bourla, a allumé les bougies de Hanoukka lors d’une cérémonie virtuelle organisée par l’ambassade d’Israël à Washington mercredi soir, quelques jours seulement après que son entreprise pharmaceutique a reçu le feu vert final pour distribuer son vaccin contre le coronavirus à travers les États-Unis.

En présentant Bourla, l’ambassadeur Ron Dermer a souligné que le dirigeant d’entreprise est également le fils de survivants de la Shoah, car ses parents étaient parmi les rares juifs de Thessalonique, en Grèce, à avoir survécu aux horreurs perpétrées par les nazis.

« Soixante-quinze ans après que les nazis ont assassiné des millions de personnes, le Dr Bourla mène aujourd’hui la course pour en sauver des millions », a déclaré M. Dermer, en félicitant Pfizer pour avoir été la première entreprise à développer un vaccin COVID-19, qui sera distribué dans des pays du monde entier, y compris en Israël.

Dans une brève allocution avant d’allumer les bougies, Bourla a noté que Hanoukka est « l’histoire d’une grande détermination face à l’adversité », et aussi « l’histoire de l’impossible qui devient possible ».

« En cette fête de Hanoukka, alors que cette année extrêmement difficile touche à sa fin et que nous nous tournons vers un nouveau départ, nous célébrons à la fois l’incroyable esprit humain et la détermination qu’il a fallu pour créer le vaccin COVID-19 et la façon dont ces efforts ont rendu possible l’impossible – mettre au point un vaccin si rapidement « , a-t-il ajouté.

L’ambassade a invité une série de personnalités à allumer les bougies de la mission chaque soir de la fête, dont Deni Avdija, le premier choix du premier tour des Washington Wizards 2020 ; les ambassadeurs des Émirats et de Bahreïn aux États-Unis Yousef al-Otaiba et Abdulla R. Al-Khalifa ; David Friedman, ambassadeur des États-Unis en Israël ; Nita Lowey, membre Démocrate du Congrès ; Gila Sacks, la fille de feu le grand rabbin d’Angleterre, Lord Jonathan Sacks ; et le rabbin Meni Israel, le fils de feu Rabbi Adin Steinsaltz, spécialiste du Talmud.

SOURCE ORIGINAL

 

Bonne année à tous nos lecteurs”

Bernard Bohbot,Julien Bauer»

Donate CIJR

Become a CIJR Supporting Member!

Featured

Daily Briefing: THE US CHANGING OF THE GUARD (January 21, 2021)

0
Table of Contents:   The Old Order Returns:  Ben Domenech, The Federalist, Jan. 20, 2021 "This brittle leadership class in our politics inhabits the same America as a...

Sheldon Adelson redefined love of Israel

0
 Shoham Nicolet  Israel Hayom  01-14-2021 Sheldon Adelson's passing has left us shocked and pained. He was his generation's most singular man, and this is a tremendous loss...

Is US Jewry able to produce another Sheldon Adelson?: 

0
Giulio Meotti, Arutz Sheva, Jan. 13, 2021 "Frankly, the Democrats don't have a monopoly on having a heart," Sheldon Adelson repeated. His provenance as someone coming from...

Daily Briefing: BIDEN’S REHASHED NATIONAL SECURITY TEAM: UNLIKELY TO CHANGE COURSE RE IRAN?

0
Table of Contents: Caroline Glick: Will Israel be able to withstand Biden administration’s pressure?: Caroline B. Glick, World Israel News, Jan. 17, 2021 Mossad Head Briefs...

Subscribe Now!

Subscribe now to receive the
free Daily Briefing by email

  • Subscribe to the Daily Briefing

  • This field is for validation purposes and should be left unchanged.